Citroen C4 Cactus, entre deux chaises
Par   |  23 février 2020

A un moment ou d’aucuns rêvent de SUV ou crossover, Citroën va à contre-courant en transformant sa version surélevée, en berline, le monde à l’envers ! Il faut dire qu’avec son physique disons, particulier, notre petit C4 Cactus n’avait pas déchainé les passions acheteuses à son lancement. Conjugué à la fin de carrière prématurée et dénuée de succession à court terme de la C4 tout court, ce gentil Cactus s’est vu contraint de changer de rôle, et d’adopter le look qui va avec, celui plus sage d’une berline.

Alors oui, fini les barres de toit, les gros airbumps, qui migrent vers le bas en rétrécissant, et la face avant lisse, bonjour, la vraie calandre dans le prolongement du logo, typique des Citroën récentes, ainsi que les doubles feux arrière en largeur. Bref, bye bye fantaisie, et bienvenue dans le monde des « vraies » voitures, enfin, un peu plus sérieuse. Définitivement moins fun, mais probablement bien plus facile à envisager, et surtout assumer pour l’acheteur, avec cet air de grosse C3. Et pour tout dire, elle devient assez séduisante dans cette robe grise rehaussée de jantes noires.

Si l’extérieur ne le laissait pas trop présager, l’intérieur nous rappelle immédiatement qu’elle reste petite pour la catégorie. Pensez donc, 8cm de moins en longueur que la cousine Peugeot 308, et même carrément 19cm de moins que la Renault Megane ! Cependant, l’habitabilité reste décente, et même plutôt flatteuse compte tenu de ses dimensions extérieures. D’ailleurs le coffre parait bien plus que sa valeur sur le papier, et seule la garde au toit un peu juste pour les plus de 1.75m désirant une position de conduite haute la trahisse vraiment.

Coté finition, de gros progrès ont été effectués sur les ajustements, mais quelques matériaux restent un petit peu juste, par contre le design reste, lui, très particulier. Le combiné instrument, notamment, minimaliste, pour ne pas dire simpliste (pas de compte-tours), heureusement, le dessin du couvercle de la boite à gant rehausse le tout.

Les sièges, recouvert de cuir et bien dessinés, sont particulièrement confortable, mais le passager ne dispose pas de miroir de courtoisie, mesquin. Tout comme l’absence d’un rideau occultant l’agréable toit panoramique, en effet, même s’il est fort fumé, lors d’une exposition au soleil, cela reste insuffisant, et ce n’est pas la version manuelle proposée en accessoire qui va nous consoler. C’est vraiment dommage, car il ne manque pas grand-chose pour rendre cet habitacle particulièrement agréable à vivre.

D’aucuns critiqueront également les vitres arrière entrouvrables, mais ce ne sera pas notre cas, tout d’abord parce qu’il est rare de voir des vitres arrière ouverte avec l’avènement de la clim, et qu’en terme de sécurité et de bruit générés lorsqu’elles sont ouvertes, ces simples compas sont un plus.
Le système audio, lui s’avère plus que correct avec son égaliseur 3 bandes permettant de l’ajuster au mieux de ses possibilités.

Le petit moteur 3 cylindres puretech se réveille toujours de bonne humeur, avec ici des vibrations ainsi qu’une note bien filtrée. Bien aidé par une boite manuelle à six rapports sans surprise, il se montre presque surdimensionné dans cette paisible C4 Cactus, à tel point que la version 110cv parait largement suffisante, tant le sport ne semble pas faire partie de la philosophie Cactus. La consommation pouvant rester sans trop d’efforts aux alentours des 6l/100km.

Sa philosophie, justement, c’est le confort, et de ce côté-là, il ne craint absolument personne. Quelque soit le type et l’état de la route, cette petite Citroën fera plus qu’honneur à son nom de famille. Revers de la médaille, un dynamisme aux abonnés absents, malgré un roulis bien contenu, mais avec un tangage marqué (mouvement d’avant en arrière), et ce petit effet hydraulique (uniquement sur les butés d’amortisseurs ici) qui rappellera des souvenirs aux afficionados de la marque.

Peut-être moins « effrayante » que la précédente version depuis son restylage réussi, elle assume parfaitement son positionnement à cheval entre deux catégories, et se présente plus somme une C3 ½ que comme une C4 plein format. Mais avec son habitabilité proche de la catégorie supérieure, et un positionnement prix plus proche de celle du dessous, elle est tout à fait susceptible de faire mouche.

Une version Live équipé d’une climatisation et d’un régulateur de vitesse de série, et motorisée par l’excellent Puretech 110cv, est proposée à 19 400€ soit à peine quelques centaines d’Euros plus chère qu’une plus limitée citadine, pas bête, pas bête du tout.

Version essayée : Citroën C4 Cactus puretech 130cv bvm Shine au tarif indicatif de 26 330 € TTC

© DrivEmotion 2020 - Tous droits réservés.

Thank you for reading DrivEmotion.

S1-MMD-181114