Nissan Micra, révolution Franco-Japonaise
Par   |  06 juillet 2019

Si le marché des citadines est aujourd’hui en ébullition avec la sortie simultanée des deux Françaises les plus en vue, notre Nissan Micra du jour n’a pas attendu aussi longtemps pour faire sa révolution, puisqu’elle est apparue il y a maintenant deux ans, avec un look reniant 35 ans d’héritage plus ou moins rondouillard et bon enfant. Fini de jouer, c’est désormais l’âge de raison et ça doit se voir, dans tous les domaines ?

Révolution. Pour se voir, ça se voit. Oubliés les volumes en rondeur et autres phares globuleux, et bienvenu dans le 21eme siècle. Profitant d’une crise de croissance inédite (+17cm en longueur), les lignes s’étirent et se tendent comme jamais, donnant un look beaucoup plus dynamique à cette petite Micra. Un profil rappelant la beaucoup plus grande Leaf, mais avec un pic au niveau des passagers avant, des phares plus incisifs, et des feux arrière en boomerang vue de profil.

Un dos plus au carré aussi, voir au cube, complète la panoplie. Aucun doute, c’est peut-être moins typé que les générations précédentes, mais c’est bien dans l’air du temps, et, même si tous les gouts sont dans la nature, plutôt réussi. D’autant plus réussi dans notre configuration bleue habillée de jantes, rétroviseurs et autres baguettes latérales noir laquées. D’un extrême à l’autre, cela en deviendrait presque sportif !

L’intérieur aussi fait sa révolution, que ce soit en design, également moins en rondeur, qu’en technologie, désormais totalement au gout du jour avec cet écran 7’’ particulièrement réactif, permettant de contrôler tout le confort moderne.
La finition apparait au-dessus de tout soupçon d’un point de vue ajustement, bien qu’il subsiste encore quelques plastiques durs. Par contre, mention spéciale pour le revêtement bleu matelassé recouvrant les deux tiers du tableau de bord, depuis le combiné instrument jusqu’à l’aérateur coté droit, et qui fait face au passager. Autant à la vue qu’au touché, cela donne une autre dimension, spectaculaire, à l’habitacle.

L’espace à bord parait au niveau des concurrentes, y compris à l’arrière, où, s’il est préférable de loger des enfants, philosophie urbaine oblige, pourra malgré tout accueillir des adultes de taille moyenne dans des conditions acceptables. Le coffre, en profite lui aussi pour faire un bond en capacité, et proposer largement de quoi aller faire les courses de la semaine.

Enfin le système audio de base, s’il n’est pas extraordinaire, fait largement le job pour ne pas vous frustrer dans l’écoute de vos morceaux favoris, en proposant notamment un égaliseur trois bandes complété d’une fonction visant à booster les basses, à utiliser avec parcimonie sous peine de se faire envahir les cages à miel.

A la mise en route, ce tout nouveau petit 3 cylindres de 999cm3 se signale par sa discrétion. Peu de vibration, niveau sonore particulièrement discret, bien élevé le bougre. Un bon bougre même, tant sa souplesse est appréciable pour un si petit moteur. Surtout comparé à son prédécesseur, moins puissant, moins disponible, non vraiment aucun regret. Et comme il a, de plus, la bonne idée de se montrer frugal avec à peine 6l/100km durant notre essai, c’est un carton quasiment plein. Pourquoi quasiment ? Parce qu’il n’est que moyennement servi par sa boite de vitesse, à cinq rapports, qui aurait gagné à passer la six afin de raccourcir la quatrième ainsi que la cinquième un peu longue.

En effet, toute citadine qu’elle est, ce moteur nous donne des envies de grands espaces, donc de sixième vitesse. De plus la commande de cette boite de vitesse se montre un poil ferme et imprécise, rien de rédhibitoire, mais un petit effort serait le bienvenu afin de supporter mieux cet excellent moteur.
Ah si, s’il fallait vraiment lui reprocher quelque chose, c’est cette légère inertie au lever de pied, qui le vois continuer à pousser durant une fraction de seconde, mais on s’y fait bien vite au point de ne rapidement plus y penser.

Dès les premiers tours de roues, nous sommes frappés par le confort de haut niveau proposé par cette citadine. Des envies de voyage on vous dit ! D’autant que le dynamisme de bon aloi, s’il ne fait pas d’elle une sportive, confirme ses capacités à vous emmener loin, comme peu de voitures de sa catégorie de taille, de puissance et de prix. Même les roues de 17’’ de notre version d’essai ne parviennent pas à ternir ce compromis optimum. Comme quoi travailler son châssis permet toutes les facéties en terme d’équipement pneumatiques.

Si la Micra est une auto bien connue sous nos latitudes, et qui dispose déjà de ses fans, cette mise à jour, qui pourraient les chambouler au premier regard, ne fait qu’apporter évolution voire révolution dans tous les domaines. Mais comme il est difficile de contrarier les habitudes d’achats patriotiques, bien qu’elle soit fabriquée en France, cette Micra se contente pour le moment d’être l’un des outsiders principaux des Françaises, et dans cette nouvelle version, elle le fait avec panache. Look et technologie au gout du jour, châssis aux petits oignons supportant un moteur au top, habitabilité et finition dans la bonne moyenne, petite touche de folie à l’intérieur, le tout à prix étudié, décidément bien talentueuse cette Micra.

Version essayée : Nissan Micra N-Connecta IG-T100 au tarif indicatif de 21 340€

© DrivEmotion 2019 - Tous droits réservés.

Thank you for reading DrivEmotion.

S1-MMD-181114