Mazda 3 Skyactiv-G, contre-courant
Par   |  05 décembre 2019

Il existe une vie au-delà des omniprésents SUV, et si Mazda cède, à l’image de l’ensemble du marché, aux sirènes des modèles surélevés, le constructeur continu de décliner sa gamme de berline traditionnelle. Et en profite pour jouer la carte du style et dynamisme. Pari payant ?

Difficile de la confondre avec une autre, cette Mazda 3. Ou alors un autre modèle de la marque peut être, tant le design est devenu spécifique et immédiatement identifiable. Long museau plongeant se terminant à la verticale sur une calandre béante, encadrée de phares effilés débordants largement sur les ailes avant. Profil dynamique avec ce déséquilibre porté vers l’avant, et des vitres de faible hauteur notamment à l’arrière. Et que dire de cette poupe arrondie et évasées, marquée des feux en forme de phare, aux quatre plot leds légèrement menaçants ? Particulier, ça ne laisse personne indiffèrent, et c’est assumé de la part du constructeur.

A bord, nous retrouvons l’ambiance zen et de qualité que nous avions découvert avec bonheur lors de l’essai de sa petite sœur CX3. Ajustements aux petits oignons, matériaux sans reproches, équipement pléthorique, technologie présente mais pas trop envahissante, cette 3 sait recevoir. Mention spéciale pour l’afficheur tête haute, projetant directement sur le pare-brise, à la fois agréable et bon pour la sécurité. Tout juste pourrions-nous relever une petite incohérence entre le cuir recouvrant le tableau de bord, et le « full » tissu des sièges (sport) Un simple insert au niveau de l’assise aurait permis d’homogénéiser le tout.

L’écran central au format panoramique de bonne dimension s’avère complet et agréable à la lecture, mais il n’est pas tactile, et son maniement demandera un petit temps d’adaptation.
L’habitabilité, si elle est tout à fait satisfaisante à l’avant, et plus que correcte en général, souffre malgré tout légèrement des choix stylistiques, à rendre inquiets les claustrophobes installés aux places arrière, ne voyant qu’un petit bout de paysage par les meurtrières misent à leur disposition. De plus, l’absence de vitres de custodes, pénalise la visibilité de ¾ arrière, mais la camera de recul aidera grandement lors des manœuvres. Le coffre est un peu juste, mais Mazda proposant une version berline 4 portes s’intercalant exactement entre notre 3 tout court et la 6, c’est plus une question de besoin et de choix client.

Le son étant dispensé ici par un système siglé Bose, la qualité est au rendez-vous, très largement au-dessus de la moyenne même, malgré des réglages de tonalité se limitant à deux bandes, basses et aigus.

Notre version d’essai était équipée du moteur Skyactive-G, un moteur essence de 2l de cylindrée que nous avions déjà essayé dans le CX3, mais épaulé ici d’une micro-hybridation. Toujours 122cv donc, pour cette agréable et volontaire mécanique, dénué du temps de réponse qu’infligerait un moteur turbo, mais se trouvant légèrement pénalisée par une boite de vitesse aux rapport semblant un peu plus long, mais dont le maniement est toujours un régal de précision.

L’hybridation, totalement transparente dans son fonctionnement, de même que la désactivation de certains cylindres dans les phases les moins énergivore, ou quand la technologie se fait parfaitement oublier. Les performances sont donc correctes, bien que nous aurions aimé un petit peu plus d’allonge, et la consommation ressort aux alentours de 7l/100km, voir moins en faisant un minimum attention. Parfait pour un « 2 litres » !

Si l’habitacle s’était montré assez confortable, le châssis, essai lui de concilier l’inconciliable, confort et dynamisme, avec un certain succès. En effet, agréable sur longue distance, et jamais cassant sur petite route, il préserve un certain plaisir de conduire, pas sportif à proprement parler, mais suffisamment présent pour se faire plaisir quand on le souhaite, avec un train arrière se plaçant à la demande.
C’est surement à l’éclairage de ce comportement routier, que le petit manque d’allant du moteur se fait ressentir, vite un essai du Skyactive-X de 180cv !

Avec des choix bien tranché en termes de design, technologie moteur, ou encore habitabilité, cette Mazda attire ou rebute, mais ne laisse personne indifférent. Il n’empêche qu’il est bien agréable pour un essayeur, autant que pour un client potentiel, de trouver encore quelques constructeurs sortant du lot, et n’hésitant pas à choisir des solutions à contre-courant, surtout quand, comme avec cette 3, le tout nous donne une auto parfaitement cohérente et réussie.

Version essayée : Mazda 3 5 portes Sportline Skyactive-G M-Hybrid 122cv bvm au tarif indicatif de 29 500€ TTC

© DrivEmotion 2020 - Tous droits réservés.

Thank you for reading DrivEmotion.

S1-MMD-181114